Premiers pas de chasseur de fantômes PART I – Questions essentielles

©R.I.P.

PART I «  C’est quoi ? »

Les 5 questions les plus courantes posées au chasseur de fantômes vu par R.I.P. en 5min! 

Cover R.I.P. Premiers pas de chasseurs de fantômes

1) Un fantôme c’est quoi ?

Les entités sont elles réelles?  Il semble redondant de s’interroger encore une fois mais la nécessité de compréhension des techniques de chasseur de fantômes requiert que l’on se pose cette question en premier lieu. La réponse, qui est la votre guidera alors vos appréciations sur ce qui va suivre. Le dictionnaire défini ainsi le mot fantôme :

  1. Apparition d’un défunt sous l’aspect d’un être réel ; revenant.
  1. Littéraire. Forme blanchâtre, indistincte : Des fantômes de peupliers dans la brume.
  1. Illusion de l’esprit, création bizarre de l’imagination : Ce sont des fantômes de votre imagination.

 

Il convient de souligner que l’apparence d’un fantôme dépend intégralement de la perception induite de l’observateur, et devient donc ainsi totalement subjectif si il est seul au moment de l’observation. Cela nous insiste donc à souligner la différence entre objectif et subjectif sur un sujet où la frontière entre  la réalité et l’imagination est minime :

Subjectif : Se dit de ce qui est individuel et susceptible de varier en fonction de la personnalité de chacun 

Objectif : Sans préjugé, impartial, juste

Malheureusement il arrive parfois que l’un et l’autre se voit être réuni sans le savoir. Prenons deux simples exemples : Le premier qui est l’appréciation lié au plaisir du gout, mesuré généralement d’un point de vue culinaire et gustatif. Sur un même plat P Monsieur le trouvera très bon, alors que Madame Y ne le trouvera pas bon. Deuxième exemple lié à la vision ou à l’audition. Mettons en place le même schéma pour une musique ou film projetté au cinéma. Au final la problématique qui émerge est la suivante : Le plat P est il bon ou mauvais ? Le film est il bien ou mauvais? La musique est elle bien composée ou mal composée? Comment monsieur X peut il dire à Madame Y que son palet, sa vision ou son audition à la priorité sur la sienne? Qui a raison?

Aux jours d’aujourd’hui il n’existe aucune preuve qui confirme ou infirme l’existence d’être de l’au delà si je puis dire. Vous en conviendrez, dès lors, notre démarche sur le terrain peut ressembler à une quête à la recherche de l’invisible. Courir après quelque chose qui peut être n’existe pas…Mais qui peut être existe. Nous devons donc baser nos démarches sur des  » hypothèses  »  » théories  » ou  » suppositions « , de la même manière que des scientifiques, historiens, archéologues ou médecins travaillent selon leur projets respectifs (fouilles, antidotes, expériences…etc.). Nous ignorons encore beaucoup de choses au XXIeme siècle, ce que l’on peut voir représente 1% de notre Univers, il en reste 99%.

  • Le fantôme sera donc une admirable personne vêtu d’un drap de lit brodé type Belphegore hantant les couloirs d’un vieux château comme le héros d’une oeuvre romanesque sous la plume d’un écrivain imaginatif.
  • Ou alors un résidu énergétique se déclinant sous plusieurs formes issu d’une loi physique & scientifique tout a fait explicable pour le commun des mortels.
  • Ou enfin il ne sera rien d’autre qu’une invention farfelue imaginée par l’homme pour se consolé d’imaginer la mort comme une renaissance au delà de notre monde, dans un espace semblant venir d’un autre temps…

Pour savoir quelle réponse est la bonne : Faites votre choix!

Affiche promo Ghostbusters le film

2) Et toi tu y crois ?

Le désir initial de vouloir y croire, et donc de mettre sur pieds des théories (qui je vous l’accorde s’avéreront peut être fausse dans quelques années, ou pire seront complètement inutile puisqu’entre temps la science autre démontré par A + B que les esprits n’existent pas.) est le moteur du chasseur de fantôme. Le mot croire relève de la religion,  de l’idéologie ou encore de la conduite vers une certaine morale. Nous n’appartenons à aucune chapelle, et nos démarches n’engagent que nous. Nous croyons en les faits ! Il faut pourtant savoir de quel coté de la barrière on se positionne lorsque l’on s’engage à courir derrière les portes du monde de l’invisible :

  • L’avancement sans preuves d’existence ?
  • Ou l’arrêt sans preuves d’inexistence ?

Choisir son camp est une question de sensibilité je pense. Beaucoup de gens sont persuadé, et affirment dur comme fer qu’ils parlent ou voient les esprits…Nous aimerions y croire ! Mais vous en conviendrez il est facile d’affirmer, sans apporter de données quantifiables et vérifiables. Donc, ces gens là, dans leur démarche (au delà de notions d’honnêteté, charlatanisme ou naïveté) ont un problème :

  • Il est le suivant : S’ils ne peuvent en apporter la preuve, il est difficile voir impossible en ce cas de discuter sur un quelconque protocole…Discuter avec les morts n’est pas un fait, c’est une appréciation personnelle non mesurable.

Bien sur nous partons du principe de la communication ; l’écoute est une clef pour décortiquer les légendes ou témoignages. Ils aident à avancer, construire un phénomène de hantise rapporté ; Un peu comme un policier qui récolte des indices : Même avec l’absence de cadavre, certains témoignages ou données peuvent lui indiquer la piste du meurtre même en l’absence de cadavre. En conclusion nous aimons à penser qu’il existe quelque chose que nous ne contrôlons pas, ne voyons pas mais qui pourrait être tout proche de nous à chaque instant.

Je pense sincèrement qu’ restant sur le principe d’absence de preuves de l’existence des « esprits » on en revient invariablement à tuer tout autres formes de réflexion…Cela nous mène directement à la raison pour laquelle la science prend une place importante dans le débat. Il faut pouvoir quantifier les résultats pour ouvrir des pistes d’étude…Mais pas trop, puisque peut être que d’autre méthodes encore inconnues pourraient accélérer ce processus qui nous est encore inconnu.

 

3) Une interaction, c’est quoi ?

Nous ne sommes pas très famillier avec l’appelation fantôme, malgré qu’elle est la plus repandue à travers le language populaire, permettant donc ainsi de donner une image précise de ce phénomène paranormal que l’on appel apparition d’une entité ou d’une activité paranormale. Qui donc n’a jamais entendu parler d’esprit, de dame blanche, de Poltergeist ou encore d’ectoplasme ?  Que sont-ils ? D’où viennent-ils ? Sont-ils réels ? Ou pur fruit de notre imagination ? Il n’en tient qu’à vous chers internautes de laisser une porte ouverte au doute. Nous allons nous étendre sur le sujet de la manifestation de l’esprit, comment peut-on le repérer afin de le chasser ou le capturer sur pellicule ou vidéo. Une fois la théorie du paranormal assumée, alors la croyance en un monde parallèle ne devient plus aussi exubérant qu’elle ne pouvait le paraître auparavant. Elle se vera changer d’appelation selon certaines croyances, comme la troisième dimension ou bien l’espace extra temporelle…

Mais revenons à notre fantôme, Isaac Newton disait que A chaque action est toujours opposée une réaction égale…Cela signifirait que de souligner l’hyptohèse qu’un esprit puisse rester égarer entre notre monde et un autre espace ( en suivant la pensée de Newton, si il y a vie ici, il y aura mort ailleurs ), et ce voir refuser cette hypothèse au nom de la science…Et bien je dirais que c’est une abération à la recherche elle même. L’être humain est complexe, celle de l’esprit aussi…Une fois mort, est il doter des même caractéristiques qu’un être vivant ? Déterminer la raison pour laquelle un esprit hante un lieu, ou reste autour du lieu de sa mort reste une des questions les plus problématiques dans son explication pour un chasseur de fantôme.

« Beaucoup de gens sont sensible à l’image d’un fantome de type cartoon essayant de serrer dans leur bras une personne mais passant à travers » (Joshua P. Warren How to hunt ghosts ?) Ces entités sont mentales et energetiques, Bien sur aucun fait scientifique n’a pu à ce jour le prouver à 100% et l’affirmer…Mais aucun non plus n’a pu l’infirmer… Vient alors la question, comment un fantôme peut il intéragir avec notre monde ? Il faut émettre l’hypothese que nous sommes entouré d’entités non physique, impalpable, accepter et essayer de les Auras, la Mort, la télépathie, la kiné télépathie…etc

(©R.I.P.)Prenez un émant, banal. Il emet de fortes tensions, ou lignes de force depuis ses poles. Il inétragit avec le monde physique, pourtant vous ne le voyez pas agir…ni le sentir, entendre, toucher, gouter, voir… donc ces forces sont non existant a nos yeux.  Par contre si nous soupoudrons une centaines fil de fer sur un bout de papier, et on place l’emant au dessous, que se passera t-il ?  Nous ne verrons pas les lignes de forces agir sur les bouts de fer, mais nous aurons une representation physique une fois émanter… La supposition que l’énergie résiduelle laisser derrière une être humain mort peut opérer de la même manière.  Si les champs d’un émant peuvent être représentés par ces fils de fer, quelle substance un esprit peut il utiliser afin de se manifester ? Le corps humain est composé de milliers de cellules, de quoi peut être bien fait la silhouette visible d’un fantôme ? La probabilité s’ouvre sur l’utilisation des charges d’électricité statiques flottantes dans l’air appelé les ions. Selon de nombreux témoignages en dehors de la chuttes de température, les personnes proche ou en contact avec une entité paranormale ressentent les phénomènes suivants : chair de poule, les cheveux se dressant ou sensation de picotement dans la nuque.

4) Une hantise, c’est quoi ? 

Encore à ce jour un terme qui reste un fait non avéré et reconnue par la science, et donc qui est étudié avec théories, hypothèses et incertitude. En tout cas de notre part, je le précise. R.I.P. n’engage ses résultats que par rapports à des faits ou résultantes que l’on juxtapose avec ces théories à l’étude. Je commencerai par cité Marie Louise Von Franz qui étudiait la notion jungienne de synchronicité dans sa convergence avec les perspectives nouvelles ouvertes par la physique moderne disait : « L’idée que les deux mondes de la matière et de la psyché pourraient être plus que deux dimensions à lois semblables, mais pourraient former un tout psychophysique. » Cela veut dire que le physicien et le pyschologque observeraient en fait un même monde par deux canaux différents. Ce monde se présenterait, si on l’observe de l’extérieur comme matériel, et si on l’observe par introspection, comme psychique.
La hantise est la combinaison entre l’interaction énergétique inconnue avec l’environnement physique ; Ce que nous ne voyons pas vie dans le monde que nous voyons.

5) Le matériel du chasseur de fantôme, c’est quoi ?

Certaines études sur la science métaphysique remontent à la fin du XIXeme siècle par des scientifiques de renoms comme Camille Flammarion, Pierre Mary Curry, Peter Underwood…etc. Puis dans les années 50 des gens comme Konstantin Raudive, ou Freidrich Jurgenson se sont mis à travaillé sur les  » EVP  » affirmant leur existence et prouvant à l’aide de scientifiques comme Harold Sherman (fondateur de l’association sur les PES, Alex Schneider ou encore Klaus Otto Konig et Hans Schriber et leur fameux  » Generator « ) que des voix venant de l’au delà étaient possible et en ont enregistré des milliers.  Puis des gens se sont penchés sur les phénomènes de hantise et les possibilités  » théoriques  » d’existence d’entité selon une physique classique (Electrique, thermique et chimique). Des théories ont été mise en place, et les idées ont commencés à grandir sur le sujet. Ces théories ont inspirés nos démarches, et nous avons à force mis en place certaines d’entre elle qui nous serve de base pour nos enquêtes et protocoles. Pour faire plus clair : Si les fantômes se trouvaient dans les étangs nous utiliserions des filets ! Donc tout ce matériel, une fois recroisé, peut nous apporter des données quantifiables sur ces théories physiques, électriques et thermiques. Recroisées et analysées (ce que l’on peut faire) puis étudiées (ce que l’on ne peut pas faire, et ce que des scientifiques plus qualifiés pourraient faire), il est possible qu’un jour nous puissions infirmer on confirmer ces théories. Si elles sont viables on avancerait, si elles ne le sont pas, on repartira à zéro…

Il est nécessaire selon R.I.P. de ne pas s’enfermer dans le carcan que «  seulement les vieux appareils » permettent de capturer des phénomènes. Faux. Seuls les vieux appareils permettent d’assimiler des manifestations à des erreurs de perceptions! Ceci due à leur manque de précision et de clarté. Nous avons donc décidé de nous équiper d’un matériel sur mesure et spécialement conçu pour l’étude des hantises selon les théories en lesquelles nous croyons. Méga-technologique ! Ultra pointu ! High Tech ! Hors de prix ! Les qualificatifs ont toujours été des plus flatteurs au plus ridicules mais aussi au plus inexactes. Des futurs articles sur chaque outil utilisé vont être mis en place très prochainement. Quoi qu’il arrive le premier matériel du chasseur de fantômes c’est ses sens : Sa vue, son ouïe et son instinct principalement !

ANTHON R.I.P.

Montage R.I.P.

 

1430
Évaluer cet article
Thanks!
An error occurred!
8 Réponses

8 réflexions au sujet de « Premiers pas de chasseur de fantômes PART I – Questions essentielles »

    • Ah, c’est aussi quelque chose qui m’a titillé. Quand RIP ne trouve rien, ils devraient dire « nous n’avons rien trouvé qui nous permet de dire que c’est hanté », au lieu de dire « ce lieu n’est pas hanté ». Une enquête ne suffit pas toujours pour affirmer.

Laisser un commentaire